Quand la réalité virtuelle s’oppose aux violences conjugales

<br />
<b>Notice</b>:  Undefined variable: article_title in <b>/opt/bitnami/apache2/htdocs/assets/themes/numerized/single.php</b> on line <b>23</b><br />

Afin d’étouffer le phénomène grandissant de violences conjugales, le Ministère de la justice confronte les auteurs de faits à leurs propres actes grâce à la réalité virtuelle. En France, 8/10 femmes sont victimes de violences physiques, psychologiques ou verbales de leur conjoints. En 2020, on recense 102 féminicides causés par un conjoint ou un ex-conjoint.

Cette expérimentation de la justice a pour objectif de mettre les condamnés à la place de leurs victimes, grâce à un casque de réalité virtuelle qui va simuler des situations quotidiennes d’agressivité sous plusieurs angles de vue. Ce dispositif tend à susciter la compassion auprès des coupables, qui sur le fait, peuvent ne pas avoir conscience des dégâts physiques ou émotionnelles qu’ils créent après leur passage. La justice interprète ce procédé comme une machine à empathie, qui va lutter contre la récidive des inculpés.

Un dispositif immersif contre les violences conjugales

Conçue par des spécialistes des violences conjugales, cette expérimentation s’organise en sept séquences présentant une vie de famille qui s’étend sur plusieurs années. Le coupable équipé du casque de réalité virtuelle est subséquemment confronté à la situation de violence dans la peau de l’homme, de la femme et enfin celle de l’enfant, le tout dans des scènes diverses du quotidien. Ce dispositif totalement immersif mettant en présence chaque acteur d’une situation de violence ménagère met en lumière de quelle manière s’exprime l’emprise émotionnelle, la violence physique, psychologique ou même verbale. Il est clairement question pour la Justice d’ouvrir les yeux aux auteurs de violences conjugales, de leur faire admettre tous les sentiments d’effroi, de peur que leurs actes causent.

La force de la réalité virtuelle

La réalité virtuelle va permettre une nouvelle orientation de la perception qu’ont les coupables de la violence. C’est une solution qui va taire la récidive, faire évoluer le comportement des inculpés, et faciliter leur réadaptation sociale. Ce dispositif débutera en octobre à Lyon, Meaux et Villepinte. Il sera effectué sur une trentaine de détenus qui sont connus et susceptibles de récidiver. C’est une expérimentation qui a porté ses fruits en Espagne sur quelques détenus de la prison de Tarragone. Cet outil ne restera pas uniquement à l’usage des coupables, mais s’emploiera aussi auprès des acteurs de la justice et aux policiers afin qu’ils aient une mesure plus juste et plus réel de l’impact des violences conjugales sur les victimes.

Numerized
Publié par Carmen SiakamLe 24 septembre 2021
Nouveauté

Découvrez l'outil d'analyse Numerized pour suivre la performance de vos modèles 3D dans vos points de ventes physiques ou digitaux.

Commencez maintenant!
Créer mon compteGratuit Demande de démo
Commencez maintenant!
Demande de Démo